La future implantation de l’usine Renault-Nissan, dans la région de Melloussa, au sud-est de Tanger, conforte les investissements déjà réalisés dans la région par quelques grands équipementiers automobile. En effet, les chiffres annoncés ont de quoi séduire: 1 milliards d’euros d’investissement et un volume de production de 400.000 voitures par an.

La_Zone_Franche_de_TangerDe fait, la région Nord du pays, suscite depuis quelques années l’intérêt des équipementiers automobile, installés pour la plupart dans la zone franche de Tanger (TFZ). De grands noms y sont en effet implantés, attirés par les avantages fiscaux et la proximité avec le continent européen et le marché africain.

L’un des premiers à avoir franchi le pas est Delphi. L’équipementier américain a installé, en 1999, sa première unité à Tanger, bien avant le démarrage effectif de TFZ. Aujourd’hui, Delphi Maroc emploie 4.500 personnes et a en projet un deuxième site de production, au cœur de la zone franche. Dans ce sens, un accord a été signé récemment avec le gouvernement marocain. L’usine sera construite sur 6 hectares et devrait offrir à terme quelque 2.500 postes de travail. Le site de production devrait être opérationnel en 2008 et fournir en équipements électriques et électroniques, (essentiellement des faisceaux de câbles), les grandes marques automobiles européennes.

En 2000, le géant japonais Yazaki a aussi pris position sur un site de 7 hectares. Il emploie actuellement 4.000 personnes à TFZ. D’autres noms ont suivi tel que Lear Automotive et Volkswagen Bordnetze, qui vient d’être rachetée par Sumitomo. En plus d’autres équipementiers spécialisés dans le textile automobile, tel que Sunviauto et Polydesign.

C’est que le nord du Maroc représente une sérieuse alternative pour les 28 centres d’assemblage installés dans le sud de l’Europe. Il est à moins de 48 heures de route des principales usines espagnoles et à moins de 72 heures des françaises. A l’horizon 2015, ces usines représenteront un chiffre d’affaires en achats d’équipements de plus de 54 milliards d’euros, selon le ministère de l’Industrie. Et le Maroc pourrait en récolter environ 14 milliards.

La proximité avec l’Europe et les avantages logistiques offerts par le complexe portuaire Tanger-Med ont joué en faveur du Royaume. Rappelons aussi que c’est Tanger qui abritera les premières Medzones, des zones franches spécialisées dans la sous-traitance transfrontalière. Une perspective à laquelle les investisseurs sont également très attentifs.

Sous-traitance

La mise en service du complexe automobile de Renault devrait à moyen terme générer quelque 6.000 emplois directs etRenault_Nissan 30.000 indirects. L’offre d’emplois sera également boostée par l’arrivée de nombreux sous-traitants dans le secteur auto. Tel a été le cas de Saragosse, en Espagne, avec l’implantation d’une usine de montage de la marque Opel sous la direction de General Motors.

Cette usine a réussi en moins de 20 ans à attirer près de 2,8 milliards d’euros d’investissements directs, via l’implantation de nombreux sous-traitants liés à l’industrie auto.

Source: L'Economiste