Cette ouverture, entamée l'année dernière, est motivée par le besoin d'accompagner la dynamique, voire "l'explosion", de la production artistique au Maroc, en particulier dans le domaine d'art plastique, "une tendance qui ne cesse de s'amplifier depuis quelques années", a-t-elle précisé dans un entretien à la MAP, en marge du Salon du Livre de Paris (26-31 mars).

Elle y présentait la programmation littéraire et artistique de cette édition, placée sous le thème "Dire notre planète, ses hommes, ses terres et ses mers". "L'intégration du volet artistique n'enlève rien à la vocation première du Salon, à savoir la promotion de la production littéraire, mais l'enrichie", a fait remarquer Vandoorne, également directrice de l'Institut français de Tanger-Tétouan initiateur de cette manifestation, en partenariat avec l'Association Tanger région action culturelle (ATRAC). Elle estime qu'il n'y a pas de contradiction à mêler écrivains et artistes, le travail des uns étant influencé par celui des autres, d'autant plus qu'ils ont un axe commun: "la création".

La nouvelle orientation du SIT s'explique également par le souci de le distinguer par rapport au Salon international de l'édition et du livre (Siel) de Casablanca, selon Vandoorne. "Les deux évènements ne se concurrencent pas mais sont, au contraire, complémentaires", a-t-elle insisté.

Le SIT, organisé pour la deuxième année consécutive selon une formule permettant un dialogue entre les livres et les arts, réunira cette année une cinquantaine d'écrivains, d'artistes, de chercheurs et d'acteurs de la société civile, invités à apporter leurs contributions à la réflexion sur la problématique environnementale, thématique retenue pour cette année.

"Dans le contexte du Maroc d'aujourd'hui, où des efforts considérables sont mis en oeuvre dans une perspective environnementale, il s'agit d'ouvrir un large débat sur un questionnement si actuel qu'il mobilise toutes les énergies intellectuelles et scientifiques, mêle impératifs écono¬miques et choix politiques, soulève toutes sortes de controverses où la préoccupation du futur est indissociable des périls présents", a expliqué Vandoorne.

Le SIT, organisé avec le soutien notamment du ministère de la Culture, de la wilaya de Tanger-Tétouan et de l'Ambassade de France au Maroc, aura ainsi pour objectif d'appeler à plus de conscience, de décision et d'action autour de ce que l'Homme peut et devrait faire pour conserver et magnifier un bien public mondial, à savoir "notre planète". Une programmation artistique diversifiée accompagnera le débat d'idées, à Tanger mais également dans les villes de Tétouan, Larache et Chefchaouen: des tables rondes, conférences, expositions, des concerts de musique, une création chorégraphique, des projections cinématographiques, des ateliers et des expo-ventes.