Des opérateurs de la logistique et du transport maritime de différents pays de la Méditerranée se sont rencontrés, jeudi à Tanger, pour débattre des enjeux du secteur et de l'excellence portuaire comme facteur déterminant dans la compétitivité économique.

Intervenants dans la chaîne de la logistique, autorités portuaires, manutentionnaires, consultants, compagnies maritimes1575 et transporteurs ont été conviés à la 2e édition de la conférence méditerranéenne de la logistique «Medlog» pour réflexion et concertation sur l'excellence portuaire et les moyens de renforcer la position de la Méditerranée comme espace stratégique pour les échanges commerciaux et les réseaux logistiques. Intervenant à l'ouverture de cette manifestation, Karim Ghellab, ministre de l'Equipement et du Transport, a souligné que le Maroc, de par sa position stratégique à la croisée des grandes routes maritimes entre l'Afrique, l'Europe et le continent américain, accorde un intérêt particulier au développement des plateformes portuaires à même de doter le commerce extérieur et le tissu industriel d'une structure logistique performante aux standards internationaux.

Conscient du fait que 95% des échanges commerciaux du Royaume transitent par les ports, le gouvernement a exécuté depuis 2006 une profonde réforme pour tirer vers le haut la compétitivité des ports marocains et améliorer la qualité des prestations, a-t-il rappelé.

Les mesures entreprises ont concerné notamment la création de l'agence nationale des ports et la société Marsa-Maroc pour mieux délimiter les compétences de chaque intervenant, en plus de l'introduction de la concurrence au port de Casablanca à travers le concessionnaire CMA-CGM, a-t-il expliqué. Et d'assurer que les résultats n'ont pas manqué d'être au rendez-vous avec une baisse des coûts de transit, l'amélioration de la qualité des services, une meilleure sécurisation de la logistique et l'encouragement de l'afflux des investissements privés dans le secteur portuaire.

La libéralisation du secteur portuaire et l'ouverture des ports marocains aux compagnies maritimes étrangères a également permis une meilleure offre aux transporteurs avec la création, depuis 2007, de dizaines de lignes maritimes assurant la liaison avec les ports européens. Et d'évoquer le projet Tanger-Med qui compte parmi les projets phares du Royaume pour développer son infrastructure portuaire en vue d'une meilleure ouverture sur le commerce international et l'arrimage de l'économie à l'espace européen. Grâce à sa position stratégique, à la qualité des ses infrastructures connectées à un réseau ferroviaire et routier, ses liaisons vers une cinquantaine de ports sur les quatre continents, le Tanger-Med et ses zones franches constituent une plate-forme de haute compétitivité logistique à même de drainer les investissements à forte valeur ajoutée, a-t-il dit.

Tanger_Med_Le Tanger-Med (I et II), qui développera à terme une capacité de 8 millions de conteneurs par an, s'érigera ainsi parmi les plus grandes plateformes portuaires et de logistique au monde, a souligné M. Ghellab. La volonté du Maroc de tirer profit de sa position stratégique et se positionner dans le trafic conteneurs et les activités de transbordement, se traduit également par un investissement de 300 millions euros (2008-2012) destiné essentiellement à porter la capacité du port de Casablanca à 1,6 million conteneurs, a-t-il indiqué.

Pour sa part, le secrétaire d'Etat espagnol au Transport, Fernando Paulo, a évoqué les efforts de son pays pour faire de la logistique un levier de la compétitivité économique. Ce choix a permis à l'Espagne de se doter de grandes plateformes portuaires qui ont eu un effet structurant sur les régions qui les abritent. En 2007, les trois ports espagnols d'Algesiras, de Valence et de Barcelone ont compté parmi les 15 premiers ports au monde en termes de trafics conteneurs, a-t-il souligné. Et d'affirmer que le potentiel de développement du trafic conteneurs et des activités de transbordement qui sont en forte progression depuis plusieurs années, permet aux ports des deux rives du détroit de capter une importante partie de ce trafic transitant par cette route maritime majeure.

M. Fernando Paulo a relevé, à ce sujet, que les ports des deux rives, au-delà de la concurrence, gagneraient beaucoup mieux à coopérer pour développer la qualité des services en vue de renforcer la position du détroit comme plate-forme majeure de la logistique pour le trafic maritime Est-Ouest et Nord-Sud.


----------------------------------------------

Réduire les coûts pour se positionner

Mariano Navas Gutierrez, président de «Puertos Del Estados» (Espagne) a souligné que l'enjeu actuel pour les ports consiste à redoubler d'efforts pour réduire les coûts en vue de mieux se positionner face à la concurrence d'autres régions du monde.

Il s'agit également, selon lui, d'améliorer le tirant d'eau des plateformes portuaires avec l'arrivée des bateaux grande capacité de dernière génération et porter une attention particulière aux lignes maritimes Asie-Europe et Asie-Amérique qui disposent d'un fort potentiel de développement. Pour sa part, le président du directoire de l'Agence Spéciale Tanger-Med (TMSA) a affirmé que le détroit qui connaît le transit de 30 millions de conteneurs constitue l'endroit idéal pour l'organisation du trafic conteneurs et offre d'énormes opportunités pour les activités de transbordement qui enregistrent une moyenne de croissance annuelle de 13 %. L'objectif de positionner le détroit dans le trafic conteneurs et le transbordement par rapport à d'autres régions du monde nécessite une coopération entre les ports et opérateurs des deux rives, a-t-il dit.

Durant deux jours, les professionnels et opérateurs portuaires réunis à Tanger débattront de différentes questions ayant trait à la «diversification des routes maritimes», «les accès à l'hinterland», «la création des réseaux portuaires Sud Atlantique», et «la desserte ferroviaire des ports».

MAP