Le "colossal" projet de Tanger Med, qui vise à doter le Maroc du premier port d'Afrique et de la Méditerranée, est le "plus emblématique" des grands travaux lancés par SM le Roi Mohammed VI, écrit vendredi le quotidien français "La Tribune", dans un article intitulé: "Tanger Med, le port qui va compter". Le Souverain, souligne la publication française, a apporté une attention particulière à ce projet, dont Il a suivi "méticuleusement l'avancée des travaux", notant que quatre ans après le premier coup de pioche, les délais ont été respectés.

"Non seulement le projet est bouclé dans les temps, mais il fait aussi mouche", relève le journal, faisant observer que dès 2004, le Néerlandais APM Terminals et le Danois Masersk Line, leader mondial du transport maritime de conteneurs et troisième opérateur portuaire au monde, signent la première concession, obtenant ainsi les 800 premiers mètres du quai de Tanger Med.

Le projet ne s'arrête pas pour autant, poursuit "La Tribune", dans la mesure où le second terminal attire un groupement de grands acteurs du secteur, dont CMA-CGM, MSC, Eurogate et Contship.

"Avec 2.500 mètres de quai, la réplique sera encore plus grande que l'original. Une fois le second port achevé, Tanger Med représentera 8 millions d'EVP (équivalent vingt pieds, taille de référence d'un conteneur), là où son voisin espagnol d'Algésiras, situé de l'autre côte du détroit de Gibraltar, en revendique 5 millions", relève la publication.

Pour le Président du Directoire de TMSA, société chargée de développer et d'opérer le port et les zones d'activité de Tanger Med, cité par "La Tribune", "seuls les douze plus grands ports du monde parviennent aujourd'hui à brasser un trafic supérieur à une telle capacité", faisant remarquer que "le succès de Tanger Med a permis au projet Tanger Med II d'être auto porté économiquement et financièrement", dans la mesure, explique-t-il, où les concessions des terminaux ont déjà été attribuées et les redevances qu'elles génèrent serviront à rembourser les prêteurs.

Tout en soulignant que le Maroc veut constituer aux portes de l'Europe une "immense zone franche", la publication française explique que l'esprit de cette démarche est de faire du nord du Royaume "une gigantesque zone" de production et de confection proche du vieux continent.

"L'avantage est évident pour les entreprises européennes. Elles bénéficient des coûts de production en dirhams et d'une main-d'œuvre moins chère qu'en Europe tout en étant présentes sur les principaux marchés mondiaux grâce à la connectivité de Tanger Med qui relie 50 ports par des lignes régulières", résume, pour sa part, le ministre de l'Equipement et des transports, M. Karim Ghellab.

"La Tribune" souligne, par ailleurs, que le Statut Avancé octroyé au Maroc par l'Union européenne, qui permet au Royaume de revendiquer un rôle de partenaire privilégié de l'Europe, constitue un "atout supplémentaire pour le développement de la région de Tanger dont le poids économique devrait rattraper à terme celui de Casablanca, la région la plus dynamique du Maroc".

MAP