Initiée dans le cadre du projet "Entre deux rives" dédié à la coopération artistique et intellectuelle entre l'Espagne et le Maroc, l'ouverture de cette manifestation a été marquée par la présence du ministre espagnol de la Culture, César Antonio Molina. Dans une déclaration à la presse à l'ouverture de ce Festival, Antonio Molina a souligné l'importance de cette manifestation pour renforcer la coopération culturelle entre les deux pays et promouvoir le rapprochement entre les deux peuples par l'esprit de dialogue et l'ambiance de convivialité.

L'un des principaux objectifs de ce Festival consiste également à initier des contacts entre professionnels du 7e Art des deux pays en vue d'encourager des projets de co-production entre les réalisateurs marocains et espagnols. "Dans les cinq dernières années seulement deux films ont été coproduits par des cinéastes des deux pays et l'on souhaite à travers cette rencontre voir fleurir davantage de projets communs", a-t-il dit.

Les organisateurs de cette deuxième édition ont concocté un programme riche et varié. Les projections permettront au public du Festival de découvrir les meilleures productions espagnoles des dix dernières années. Figurent notamment au programme de ce festival qui se déroulera à la cinémathèque de Tanger, "Trois jours" de Javier Gutierrez, "Sous le même ciel" de Silvia Munt, "Le roi de la montagne" de Max Lemck, "Crimes provisoires", de Nacho Vigalondo, "Les rivaux" de Fernando Colomo.

Le public aura le privilège de visionner certains films en présence de leurs réalisateurs ou des acteurs et actrices interprétant les principaux rôles. La manifestation, considérée comme le prolongement du festival de cinéma de Malaga et dont l'organisation est confiée au staff de ce grand rendez-vous cinématographique espagnol, compte aussi plusieurs conférences et débats sur le 7e Art.

Les débats entre passionnés du cinéma des deux pays porteront notamment sur "La co-production", "La littérature et cinéma" et "Les femmes du cinéma". Cette deuxième édition, qui se poursuivra jusqu'à samedi prochain, sera marquée par un hommage à l'actrice espagnole Emma Suârez, qui se verra décerner la distinction du Festival "Le prix Hercule". Une sélection de la filmographie de l'actrice, qui avait décroché son premier rôle à l'âge de 15 ans avant d'être dirigée par les grands maîtres tel Pedro Almodovar, seront projetés durant le Festival.

Un jury départagera, d'autre part, les films en compétition pour les prix de la meilleure mise en scène, du meilleur acteur et actrice et du meilleur scénario ainsi que les prix spécial du jury, de la critique et du public.